Le Ministre MAHAMAT Béchir Chérif prend part à la 72e Session du Comité Exécutif du Programme du système des Nations Unies pour les Réfugiés.

Cette image nécessite un texte alternatif, mais ce dernier est vide. Ajoutez un texte alternatif ou signalez l’image comme étant décorative.

En marge de la 72e session du Comité Exécutif du Programme du système des Nations Unies pour les Réfugiés, le Ministre MAHAMAT Béchir Chérif et sa délégation ont échangé avec le Haut-Commissaire des Nations Unies pour le Réfugiés sur des points à savoir :

  • Le respect du principe de non refoulement ;
  • Le cadre juridique renforcé ;
  • Et la solution durable liée aux réfugiés.

En dépit d’un contexte national sur fond difficile de rareté des ressources marqué par la pandémie du COVID 19, le Tchad continue avec beaucoup de résilience, en 2021, à maintenir ses frontières ouvertes pour accueillir des milliers de personnes en quête d’asile tout en partageant avec ceux-ci des modestes ressources.

Le Tchad a toujours respecté ses engagements à tous les niveaux et ce en dépit de ses propres problèmes internes.

Le Tchad, il faut le dire est entouré par des pays dont les crises ne cessent de s’accroitre, causant ainsi un afflux des personnes en masse vers le pays.

Récemment, 10938 Camerounais de l’Extrême-Nord du pays ont fui vers le Tchad et sont installés sur 7 sites dans le département du Logone et Chari, Province du Chari- Baguirmi, après avoir été victimes des violences intercommunautaires entre Pécheurs et Éleveurs. On dénote plusieurs morts de part et d’autres.

Concernant le cadre juridique, il y a lieu de rappeler ici que le Tchad s’est doté d’un arsenal juridique, surtout avec l’adoption de la Loi d’Asile par l’Assemblée Nationale du Tchad le 23 décembre 2020. « Nous comptons prendre bientôt son décret d’application » a déclaré le Ministre Mahamat Béchir Chérif.

Le Tchad a entrepris un vaste chantier d’enregistrement des naissances et de délivrances de jugement supplétif d’actes de naissances.

Pour la solution durable, le Tchad soutien et encourage le rapatriement volontaire et librement consenti des réfugiés dans leur pays d’origine.

Enfin, le Tchad sollicite auprès du HCR et du Haut-Commissaire des Réfugiés le recrutement à l’International des cadres tchadiens.